C’est pas l’homme qui prend la Mer #100wordstory

silhouette-444250_640

Crédit Photo : PetrFromMoravia

On connaît tous ces histoires de pêcheurs jamais revenus, de maris marins pour toujours disparus, et leurs veuves esseulées pleurant le souvenir d’un corps noyé au fond des mers. On sait ces légendes urbaines, ce monsieur parti suivre son rêve, voguer, surfer sur les vagues d’une vie qui l’anéantis.

Oui sur l’eau vous êtes un autre.

Sur vos gros bateaux vous êtes des bonhommes ! Et le soir entre matelot ça chante et ça boit, tant que les vagues vous portent.

Puis un jour le capitaine frappant à notre porte, nous annonce, endeuillé, la fin de votre quête.

Maudite mer.

Mercredi 16 septembre 2015 – Inspiré par Lucas.

Publicités

3 commentaires sur « C’est pas l’homme qui prend la Mer #100wordstory »

  1. Nannnnn ! La mer, c’est autre chose. L’eau, c’est autre chose. Chaque élément est autre. Tu ne peux le comprendre que si tu y es allée. Vraiment. Il faut faire la part des choses. Tu dois, lorsque tu veux parler de ces choses aller les affronter. Es-tu déjà monté sur la mer ? Es-tu déjà allée dans la mer ? Tu te conformes aux mythes là. En l’occurrence celui de la femme en pleurs… Et tu ne peux pas si un jour tu veux écrire te contenter de ça. Tu dois aller ressentir. Tu dois affronter. Les trois, l’homme, la femme, et la mer donc ! Peux-tu aller dans la peau d’un pêcheur d’il y a à peine une centaine d’années ? C’est pas pirate des caraibes hein. Il embarque sur sa bicoque pour aller chercher de la bouffe et faire vivre sa famille. Et il ne sait jamais s’il rentrera le soir. Tu arrives à te mettre dans la femme en transposant mais… Ce n’est pas ça encore. PAs assez fort. ET l’homme ? Et la mer ? Si t’es montée sur la mer aujourd’hui en toute sécurité, par une toute petite houle qui t’a retourné le coeur… Comment ces hommes faisaient ? C’était juste pour manger. Ou trouvaient-ils la force ? Et il y a les autres…Tu as toutes les histoires du monde sur la mer. Tu as tout. Absolument tout. Peux-tu aller dans chacune d’entre-elles ? Au-dessus de chacune de ces histoires tu as ce que signifies la chanson de Renaud. Quelle que soit l’histoire, quelle que soit le temps ou l’espace de l’histoire, au dessus tu as la mer !
    Et juste après tu atteint la spiritualité…

    Aimé par 1 personne

    1. Le propre de l’écrivain est justement de raconter des choses qu’il ne connait pas, qu’il n’a pas vécu, qu’il ne peut pas vivre. Sinon, les écrivains se contenteraient de raconter l’histoire de leur vie et encore… Sans même parler de la science-fiction, du fantastique et de la fantasy, comment un écrivain pourrait donc raconter une histoire qui se passe dans la Rome antique, par exemple ? Même Victor Hugo a écrit des histoires se déroulant à une autre époque que la sienne, rien que Notre-Dame de Paris, qui se déroule 400 ans avant la date de sa publication et je doute qu’il est pu aller vérifier ses sources en se baladant au Moyen-Age et aussi prendre le temps de devenir un sonneur de cloche bossue, une gitane, un capitaine de la garde de Paris et ainsi de suite pour tous ses personnages. Sans même parler de tous ses romanciers ayant des personnages féminins alors qu’ils ne sont pas des femmes et inversement, ou des enfants, des animaux… bref tout ce qu’ils ne sont pas. Il faudra donc que je pense à changer de sexe, de pays et de métier pour avoir le droit d’écrire mon prochain roman.

      Sans même allez jusque là, nous avons là un format court de 100 mots, soit moitié moins que ce que prend ta réponse pour raconter du vent, il est donc impossible de nuancer vraiment le propos, surtout si tu veux conserver une narration. De plus beaucoup de tes remarques semblent tourner autour du fait que les marins ne faisaient pas comme cela dans le temps. Mais dans le texte de ‘So il n’y a aucune indication pour savoir à quel époque l’histoire ce passe. Et oui, il y a encore des pécheurs de nos jours et ce ne sont pas les derniers pour venir se jeter un godet après être rentré de la pèche.

      Concernant la spiritualité, cela n’a rien à voir là-dedans. ‘So est en train de faire un exercice d’endurance difficile à faire, pas un roman ne cherchant à changer le point de vue des lecteurs sur le monde, ce qui de toute façon est toujours débile comme prétention.

      Pour ton texte ‘So, personnellement, j’aime assez.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s