Relativisons #100wordstory

121

Ce matin une femme s’est mise à pleurer à la caisse de ma boulangerie.

Ça peut arriver d’être à bout de nerfs, je le conçois. Mais notre société ne passe t-elle pas son temps à nous trouver des excuses de virer fou ?

Il y à 3000 ans, les faibles mourraient, aujourd’hui ils pleurent sans raison valables dans la rue et dans nos commerces.

Je lui ai offert un mouchoir, lui racontant que mon chien avait perdu ses deux pattes avant. Malgré ça il continue de me faire la fête en rentrant. J’ai réussi à la faire relativiser.

Ah la coupure internet ….

Jeudi 24 septembre 2015 ( séance de rattrapage ), inspiré par une dame visiblement au bout du rouleau dans ma boulangerie de quartier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s