Bradbury Project

La nouvelle année a donc débuté, et les amis, malgré vos meilleurs vœux et vos « bonne année » à gogo, je suis désolée de vous le dire, pour l’instant, rien de fou au Pérou.

Ces 7 premiers jours sont à l’image de l’année précédente, rythmés par une envie d’écrire sans l’acte qui suit, des sentiments contradictoires à propos de tout ce qui construit mon quotidien, et l’envie de me foutre un énorme coup de pied au cul avant que je ne sombre dans l’ennui d’une vie sans passion, sans jamais le faire, sinon j’ai bien peur de ne plus trouver de raison de me plaindre.

Blague à part, je suis là pour vous annoncer le début d’un loooong projet. Un truc qui, s’y j’en vois le bout, me laissera chancelante et à bout de souffle mais sûrement plus heureuse et fière que jamais. Arriverai-je au bout, telle est la question ? J’aborde donc mon projet Bradbury avec la main tremblante mais l’esprit tellement surexcité que l’Autre en moi fait des bonds. 

ray-bradbury Lire la suite de « Bradbury Project »

Nanoblues

Me voici – enfin – pour clôturer mon bilan. L’année 2015 prend fin et mes espoirs de terminer mon roman également. C’est pas très grave, j’avoue m’être fait à l’idée depuis fin novembre. Je suis heureuse d’avoir atteint les 50 000 mots car sincèrement je m’en croyais incapable. Je l’ai fait. Même si dans le fond j’ai triché un peu et que pour 52 872 mots, il m’aura fallu 5 projets différents, j’ai atteint le palier et c’est déjà ça. C’est une petite victoire, mais une victoire tout de même. Je me dis que 2016 me permettra peut-être de terminer ce roman et différentes nouvelles entamées. Voir même d’envoyer des textes à des AT/concours ( ouhlalala, So est dans la place ! Ça fait genre deux ans que j’ai rien envoyé nulle part. )

Capture d'écran 2016-01-01 15.45.21

Quand je regarde ma barre de progression du nano, je me dis que c’est un peu n’importe quoi, que rien n’a de sens, que l’évolution n’est pas logique, que ça part dans tous les sens.  Je m’étais dis  » c’est simple, écrire 1667 mots par jour et c’est réglé. » Non, non il a fallu que je fasse des jours à 2000, des jours à 300, des jours à 0, des jours à -600, et les derniers jours à 4000. Au final c’est un peu moi quoi. Même dans le cadre du nano, d’un projet bien définis dont javais peint les bords au feutre noir pour pas dépasser j’ai quand même réussi à sortir du cadre. Du coup ma résolution de l’année, c’est d’arrêter de me prendre le chou à vouloir réussir comme tout le monde, de copier les méthodes de travail des uns et des autres, et de tenter de développer la mienne. Elle sera surement bordélique mais elle me conviendra certainement mieux. Il n’y a pas qu’une seule façon de réussir et je l’oublis assez souvent.

Lire la suite de « Nanoblues »

Writing Cats N°6 – PréBilanNano

Ok, les amis, il était temps que je revienne par ici. C’est chez moi après tout. J’ai un peu honte d’avoir abandonné ce petit blog tout neuf plus d’un mois. Pour tout vous dire, le Nano c’est HYPER-prenant. J’ai honte, parce que j’avais dis que je ferais un article de suivi par semaine, au minimum, et aussi que je continuerais les writing cats et les tips ! Bon …. Beh….. C’est raté. Mais du coup, pour me faire pardonner de cette longue attente, le numéro 6 de cette catégorie vous remplira d’émotions car je vais vous envoyer une tripotée de chaton dans la figure, vous êtes prévenus.

Pour patienter tranquillement avant de lire mon bilan du nano, qui est en cours d’écriture ( calmez vous ! ) et sera court, je vais vous faire part de tout ce que j’ai ressenti ce mois-ci, à travers nos amis les chats. En gros, je vous fait un pré-bilan-kitten.

Je voudrais commencer par les premières journée de ce challenge. Ouai, on commence par le début … C’est logique, ça se tient. J’étais rentrée dans le mode que j’apelle  » Niahahahaha « , surtout avec LA kick-off, qui était juste ULTRA.

gifchat13

J’ai du préparer en amont quelques petits éléments de mon enquête car si vous avez bien suivi, j’essayais d’écrire un polar. Renseignements oblige, je suis passée par la case lecture d’article et autre joyeusetés.

cats - news cat

Au bout de quelques jours d’écritures seulement j’étais déjà redescendu du mode Niahahaha, douce folie pour me rendre compte que mon excitation n’avait pas lieu d’être car plus j’écrivais, plus je me décevais, même si au moins, j’arrivais à écrire. Cela ne me plaisait PAS DU TOUT. Je crois que je ne savais même pas ce que je faisais de mes doigts, ni de mes idées, genre :

gifchat17

J’ai quand même continué en me répétant inlassablement que je n’avais pas préparer tout ça pour rien. J’ai alors atteint le 7eme jour le stade du  » Tu peux le faire, tu peux ! « 

gifchat1

Et le 8eme jour m’a répondu : N-O-N

I_Are_Sad_Kitten

Je me suis retrouvée la devant ma page plein de mots caca, de tournures diarrhéique, d’éléments moisissant que je n’avais pas prévu, et je me suis dit  » Fichtre, allons-y, arrêtons de faire genre on se pose la question de l’abandon ou pas, parce que si j’abandonne, plus de respect quoi.  » Du coup, je me suis servie une … non … Trois tasses de cafés. J’ai décidé que les plot bunnys étaient finalement les bienvenus, bien qu’incapable de les faire rentrer dans mon histoire j’allais noter toutes les idées à la cons, une par une. Et que j’en ferais des nouvelles, au pire, une par une.

ganesh_by_25kartinok-d53v0ot

Du coup – bon j’ai pas fini une seule des nouvelles commencées, j’préfère vous prévenir – ça m’a relancée dans une bonne dynamique. J’ai tué mon éditeur interne à coup de grandes dents au niveau de la carotide, ce fut saignant, mais bénéfique car j’ai pu reprendre mon roman, et écrire des scènes qui m’on plut, d’un point de vue que j’n’avais pas envisagé mais qui m’offrait le cadre dont j’avais besoin pour retranscrire l’atmosphère que je m’étais imaginée. BREF pendant plusieurs jours, j’ai écris correctement, ni pas assez, ni trop, juste ce qu’il fallait, et tout roulait !

slide_303212_2573045_free

Et comme la couille arrive dans le pâté toujours au moment ou le voisin à finit de se servir et que c’est à votre tour de planter la cuillère …. Il y eu les attentats, vendredi 13, tout ça. Du coup comme une bonne partie de la populace je suis restée bloquée à BFM – oh oui abreuvez moi encore de la merde sociétale, oh oui oh oui. – Comme un truc flippant, mais fascinant, qu’on préférerait éviter, mais qui intrigue et qui est là, dont on ne peut occulter la présence tant qu’il restera là.

slide_303212_2573036_free

Les jours suivant l’écriture était carrément devenue inexistante dans mon esprit. Enfin non, elle existait, mais pas dans la case  » choses possibles « , je suis donc restée là a végéter calmement dans le marasme ambiant, la terreur, la gerbe, et le sommeil qui te happe quand tout va mal.

gifchat3

Puis un jour, la vie à reprit son cours, je me suis rappelée que mon existence n’était vaine que si je n’en faisais rien et qu’il était de mon devoir de réparer ça tout de suite, je me suis plongée dans les messages d’amour motivant que tous les french wrimos ont reçu sur le forum ( 53 k d’amour – et on a pas tout sauvé. ) et aussi d’autres nanoteurs motivés qui souhaitaient encore atteindre leur but. Ainsi j’ai repris la route de l’écriture, calmement, grâce aux write-in aussi, sans prendre la suite de mon roman, écrivant une petite nouvelle à la con sur un thème ballot mais qui te délivre des blocages, car c’est tellement wtf que tu te sens le droit d’aller où tu veux.

slide_303212_2573039_free

J’ai réussi au fil des jours à réécrire normalement, à mes heures habituelles soit de 1H30 du matin à 4H. C’est mes heures j’y peux rien. J’étais franchement aidé par les word war organisées sur le chan francophone du nano où j’ai rencontré des gens trop cools, très drôle, carrément reboostant, trop malins et tout c’était trop bien quoi !

HappyCat

J’avais presque ré-atteint le mode Niahahahaha quand …. Quand …. J’ai honte…. Quand j’ai fait LA chose qu’il ne faut pas faire. Putain, mais jamais quoi ! J’aurais du le savoir, je crois même que je le savais, mais c’est comme le chocolat … Tu te dis allez juste un bout et … Oh puis merde avale la plaquette. DONC, je me suis relue………………

Grumpy-Cat-01

Voilà, je n’en dis pas plus car, quand c’est caca, c’est caca. Ton nez ne te trompe pas, si ça sent le coquelicot fané ça passe encore, mais quand ça sent le caca, bah faut être honnête avec soi. J’ai donc de nouveau écrit un début de nouvelle – ouai j’sais j’aime trop les débuts ! – Et puis comme je me disais que j’avais pas le temps de réfléchir à l’endroit où ça m’emmènerait je me suis laissée guider par la vague. Résultat : j’ai écris chinois. Sur le coup je me comprenais hein, sur le coup seulement.

Cat Writing

Du coup j’étais triste et les gens ont essayés de me réconforter, mais j’étais en mode « laissez moi je suis un caca. » Je ne vaut pas la peine d’être sauvée, partez sans moi, je vais juste vous ralentir, blah , blah, blah…

slide_303212_2573040_free

Le jour 24 est arrivé, et un calcul très simple c’est effectué dans ma tête. Gros retard + 6 jours restants = Magne ton cul ma biche, on va arriver la fête sera finie. Le calcul à été basique, en gros si j’écrivait 5 fois 4000 mots, je pouvais y arriver …. Je pouvais réussir le nano, pour la première fois, si je trouvais la force, le courage, la foi, la folie … d’écrire 4000 mots par jours minimum jusqu’à la fin. ( Pour les plus matheux d’entre vous vous aurez pigé que j’avais à peine dépasser la moitié de l’objectif final ) En gros prépares toi pour le rush beauté, ça va swinguer ! Le projet me paraissait un peu gros, mais après tout, c’était quand même le but du nano.

giphy

J’y suis donc allée de mes tournures reloues, aux répétitions et pléonasmes les plus barbares et agressifs, aux scènes décrites de différents point de vue parfois, de mes digressions moyennement acceptables, de quelques envolées lyriques parfois, bien peu nombreuses face aux nombre de bêtise par paragraphe, mais je les ai fait ces 5 fois 4000 pendant 5 jours ! Et même un peu plus, ce qui m’a permis de terminer avec un jour d’avance pour soigner ma pire ennemie Dame Angoisse. Donc, ouai les gars, ouai ! JE L’AI FAIT !!! YOUHOUHOUHOUH !!!

gifchat26

Bilan final : 5 projet entamé,  dont un long roman qui ne dépasse pas les 30k pour l’instant mais que j’espère reprendre-terminé un jour parce que tout est calé, y’a plus qu’à écrire, ou presque. Sur les quatre autres projets, deux ne verront jamais un autre oeil que le mien je pense vu la haute teneur en conneries, deux autres mériteraient d’avoir une suite et fin, ensuite une correction et finalement, peut-être, éventuellement, j’y réfléchirais, un ou deux bêta lecteurs.  Voilà …. Maintenant …. Je vais réfléchir à la fin de mes histoires, au fond de mon lit, dans les bras dans l’angine dont je prend soin depuis plusieurs jours.

tumblr_inline_nrfn3aq2C61stv7yc_500

Nano prep – ou le desespouar !

Bon …. Le titre parle de lui même … Nous sommes les 29 octobre, soit à deux jours du lancement du mois le plus difficile de l’année. Il fait froid et nuit pendant 30 jours, de 1, et je dois écrire 50 000 mots en un mois, éventuellement qui se tiennent entre eux, et qui portent un minimum de cohérence aussi, de 2, j’ai éclaté mon ordinateur il y à une vingtaine de jours en renversant un bon verre de rosé dessus, et de 3.

DSC_0243

la photo du drame H-1 ! 

Résultat : Angoissée, le désespoir me gagne depuis des jours, où je me répète  » à quoi bon me lancer dans le nano sans ordi à trimbaler partout où je vais », déjà qu’avec un ordi c’est pas gagné … sans … je n’imagine même pas je crois que j’abandonnerai avant la fin de la première semaine. J’ai beau réfléchir à la question .. Je me dis que même si je parvenais à écrire mon histoire sur papier … La relecture d’un manuscrit euh biiiin manuscrit – Mon dieu ! – On est plus a l’époque de Voltaire, et j’ai pas les yeux en assez bon état pour me déchiffrer pendant des heures sans avoir l’idée de tout brûler. Je vais donc éviter et réfléchir à la question, il me reste deux jours, c’est court mais gérable ! Lire la suite de « Nano prep – ou le desespouar ! »

Do you Believe in Magic ?

In response to The Daily Post’s writing prompt: « Do you Believe in Magic?. »

Film de Gore VERBINSKI Naomie HARRIS

Aujourd’hui était un jeudi normal, tout ce qu’il y à de plus jeudiesque. Jour de repos mis à profit pour rattraper ma vaisselle de retard, ma lessive de retard, remplir mes placards, et esquiver les cons de collègues. Un jeudi comme les autres, rythmé par des habitudes bien encrées, presque chronométrées, une routine à vous faire pâlir en somme. Si tant est que le jeudi dernier j’avais oublié de racheter la lessive. Résultat : me voilà partie pour faire des courses avec trois heures d’avance sur mon planning habituel. Si j’avais su. Bon, toujours est-il que je me pointe à mon hypermarché de quartier avec la belle intention comme d’habitude de ne pas dépenser plus que nécessaire. C’est une intention habituelle que je ne tiens jamais. Je suis comme tout le monde je regarde des pubs à la télé, donc, l’envie gère mon porte-monnaie plus que mes belles intentions de ne pas contrarier mon banquier. Je commençais alors à remplir mon panier de victuailles toutes plus mauvaises les unes que les autres pour ma santé. J’ai quand même réussi à faire une bonne action, car j’ai reposé un pot de Nutella, donc indirectement j’ai sauvé un Oran-outang, c’est toujours ça de fait à mon échelle. Evidemment je pense à ma lessive oubliée au moment où je dépose tout mes articles sur le tapis roulant, et je file au rayon lessive prendre un bon litre d’un liquide rose fuschia inquiétant mais qui à le mérite de sentir bon. Je paye l’addition qui s’arrondit au double de mon budget prévu, normal. Et c’est en rentrant que c’est arrivé.

On imagine pas ce genre de choses, enfin peut-être à l’adolescence, mais plus maintenant. J’ai croiser ma meilleure pire ennemie en rentrant chez moi. Les ex-femmes c’est un truc que toutes les femmes connaissent. Si, vous le savez, c’est obligé, même les pas-jalouses savent un tant soit peu ce que c’est, cette boule de rage qui s’embrase quand vous la croisez. Je l’ai vu au loin donc elle ne m’a pas reconnu. Elle ne m’a pas vu quand j’ai posé le sac de courses par terre parce qu’il me détruisait littéralement l’épaule. Je m’apprêtais à reprendre mon chemin quand j’ai bloqué sur sa silhouette. Fixement, je l’avoue, la jalousie est un vilain défaut, pourtant j’essaye de ne pas prêter attention à son existence sur Terre. J’y met toute mes forces, mais le destin est moqueur et persiste à vous rappeler vos faiblesses au moment les moins opportuns. J’avais un millions de choses à faire aujourd’hui, et observer de loin l’ex de mon mari ne faisait pas parti de mes plans. C’est pourtant ce que mon esprit malade à fait pendant plusieurs minutes, bêtement. Plusieurs minutes c’est long… Je ne sais même pas pourquoi je l’ai fait, je l’ai juste fait, inconsciemment sur l’instant. Même quand ses longs cheveux roux ont pris feu je n’ai pas tout de suite pris conscience. Je la regardais seulement. Avec une rage contenue qui me rongeais depuis des années. Avec du recul je devais avoir l’air carrément flippante. Je me connais, avec mon regard noir qui fusille les pétasses… 

C’est quand je l’ai entendue hurler que mon regard s’est débloqué. J’ai comme « ré-atterris » en pleine réalité. Et elle était là à quelques centaines de mètres de moi, criant à l’aide, s’embrasant littéralement, des mèches rousses luttaient encore contre les flammes et elle jetait son écharpe par terre où le feu continuait de lécher chaque parcelle de tissus. Je fus terrifiée. Par mes pensées … Comment … ? Non … Impossible ! Je n’avais pas pu déclencher cela, c’était juste … irréel. Les passants venaient l’aider et éteignirent le feu, et je reprenais mon sac trop lourd pour moi. Je rentrais chez moi aussi vite que possible, sans prendre le temps de ranger les courses ni même de fermer la porte à clé, je m’affalais sur mon fauteuil en cuir et réfléchis un long moment. 

J’étais certaine d’avoir songer que j’aimerais la faire brûler vive tant je la haïssait. Pourquoi avais-je penser cela ? Je veux dire, il m’étais déjà arrivé de souhaiter sa mort, deux fois, ou trois, quand un conflit à son propos pointait le bout de son nez dans mon couple. Mais mon mari et moi n’avions plus parlé d’elle depuis des semaines, j’avais presque réussi à l’enlever de mon tableau de pensées négatives hebdomadaires. Pourquoi ais-je pensé à ça ? Je réalisais soudainement que j’était dans l’erreur. Le soucis n’était pas que j’y ai pensé. Le soucis était que cela s’était réalisé !! Comment une t-elle chose pouvait être réelle ? Je perdais totalement pieds. Une grand mère un peu folle m’avait un jour dis que j’avais une force que je ne soupçonnait pas. Je n’avais pas écouter la suite de son discours en songeant que la folie gagnait peu à peu son cerveau. Après quelques temps de réflexion et malgré un gros retard sur mes tâches quotidienne je composais le numéro de téléphone de cette grand mère qui avait toujours été en marge de la famille. Un cousin éloigné me répondit et m’annonça que la vieille femme avait été retrouvée morte la veille, baignant dans sa sueur, et qu’une lettre m’était justement destinée. Je n’avais jamais eu de relation particulièrement poussée avec cette femme et cela me fit un étrange effet d’apprendre cela.

Aujourd’hui devait être un jour comme les autres, un jeudi classique, et ce fut le jour où toute ma vie changea. Oubliant la lessive, les courses, l’école des enfants et le dîner du soir je roulais, rattrapant au plus vite les 300 kilomètres qui me séparait d’une possible explication du drame qui m’était arrivé ce midi. J’avais enflammé l’ex femme de mon mari, si les passants n’étaient pas intervenus peut-être l’aurais-je vraiment tuer ? Étais-ce seulement moi l’origine de cela ? Tout se bousculait, tout était mélangé dans mon esprit. Je continuait à avaler des kilomètres sans même penser au sort de ma victime ni à ce qu’elle avait pu ressentir. Mon nombril était tellement plus joli, mes problèmes étaient tellement plus importants, je retournais ce qui m’était arrivé aujourd’hui en boucle quand une phrase se fit une place dans mes pensées. Je souris.

« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. » 

tumblr_mt6wngYDZ11r7i6u8o1_500

Comment survivre en Novembre ?

Chacun à ses petits trucs, son type d’organisation, etc, pour moi c’est un vrai plaisir que d’accueillir ce mois de nano, et je me prépare donc en conséquence. J’étais en train de me demander quel carnet j’allais utiliser pour le nano, quand je me suis rendue compte que j’en avais déjà entamé trois. Que j’avais aussi déjà goûté tous les thés que j’avais acheté en prévision de … Et que j’avais flingué une bonne moitié de mes post-its avant l’heure. Il était donc important pour moi de faire la liste de ce qu’il me faudrait pour survivre à ce nano. J’ai commencer a écrire ça dans un petit carnet quand je me suis rappelée que j’avais un blog. Eurêka. Je partage donc avec mes amis nanoteurs mon plan d’attaque pour réussir à vaincre lapin, crocos, pelle et page blanche !

Mes armes sont : ( à part un ordinateur, un casque, une tasse, et une vie sociale à zéro, c’est évident ! ) Lire la suite de « Comment survivre en Novembre ? »

Tips-O-Rama ° 1

Nous sommes le 1er Samedi du mois !

lapin-tout-mignon-lapinou

Et comme la duchesse n’en finit pas de trouver de nouvelles idées pour alimenter nos blogs, après les Writing Cats une deuxième nouvelle catégorie fait sa place ici : Tips-O-Rama ! Vous pouvez donc trouver le lancement de l’idée chez elle juste ICI 😀

Pour engager le premier article de cette catégorie je choisi de vous parler d’une chose très importante que j’ai pourtant découvert bien tard. Avant j’analysais quasiment jamais la manière dont je décrivais mes scènes, je ne sais plus où j’ai lu ça, mais depuis je décortique mes phrases et cela me sert énormément. Lire la suite de « Tips-O-Rama ° 1 »

100wordstory The End !

Chers amis et lecteurs, c’est officiellement la fin des 100 word story !  OUF !

14 Austin Thomas – photo d’Austin Thomas

Officieusement je continuerais surement un peu, j’hésite, c’est en cours de décision 😉 Je n’aurais pas fait ce challenge sur un temps très long ce qui me pousse à continuer mon défi, mais en même temps, nous sommes le 1er Octobre et très clairement, à choisir je préfères me concentrer sur la préparation intensive de mon Nano ! Aussi, je vais peut-être continuer d’écrire quotidiennement, sous formes de scénettes ou de courtes histoires, de pré-descriptions, mais peut-être que je ne me limiterais plus à si peu de mots … Comme je vous le disais, c’est en cours de réflexion. Lire la suite de « 100wordstory The End ! »

NaNo What ?

Je me lance. Mais si, vous savez … Le nano ? 

nanowrimo_calendar_wallpaper_by_moonfreak-d301g6e

Je n’écrirais pas un article sur la préparation, les outils utiles, ni rien de tout ça, d’autres le font mieux que moi.

NAtional NOvel WRiting In MOnth ( du 31 octobre 00h00 au 30 novembre 23H59 )… Bah il arrive vénère. A la base ( je dis à la base parce qu’en novembre tout est imprévisible ) le projet c’est de s’abandonner totalement, corps et âme à l’écriture. L’écriture d’un truc qui nous est si cher que si vous n’écrivez pas, vous ne comprendrez certainement pas l’état dans lequel la communauté des writers sera plongée un mois durant. Pouvez essayer, hein, j’vous en empêche pas. Juste que ça sers à rien quoi.

L’année dernière c’était ma première expérience du NaNoWriMo. Grosse découverte pour ma part. Sur un coup de tête ( oui, à croire que ma vie s’est construire sur des coups de boules, dingue … ) je me suis inscrite à la Kick Off dans les locaux des éditions de Bragelonne. Attendez … Vous connaissez pas la meilleure. Je ne savais même pas traduire kick-off ( bon, aujourd’hui je sais, c’est la soirée de lancement quoi ! ), et je ne connaissais pas la maison d’édition en question prête à m’accueuillir pour la nuit du 31 octobre ! ( Déguisée s’il vous plait ! ) Il se trouve que c’était un mois totale découverte en gros.  Lire la suite de « NaNo What ? »

Manque d’idées ? Googueulisez !

Alors voilà, non pas qu’on me l’ait explicitement demandé, mais je pense que ça peut servir à quelques personnes. Tout le monde pioche des idées par ci par là, et c’est le mélange du tout qui donne un résultat personnel, chacun à donc le sien. Chacun à ses besoins, surtout dans l’écriture, en termes de contraintes, de directions, de sources d’inspiration, de formats, de genres, bref les possibilités sont infinies. Comme Google où les recherches sont infinies !

idée-dune-idée

Bref je voulais simplement faire un article pour les feignants du clavier :p
Lire la suite de « Manque d’idées ? Googueulisez ! »

100 mots par jour, mais quelle idée !

100words-300w

J’ai pris une décision. Une décision somme tout pas très importante, vous inquiétez donc pas, ça va pas chambouler ma vie. Pas plus d’une heure par jour, c’est juré !

Il y à quelque temps, le nano est arrivé. L’échec avec. M’en fou, même pas peur ! Je recommence. Devinez quoi ? Je ré-échoue ! Non mais … Sans rire ! Depuis quand écrire est devenu si compliqué ? Depuis quand j’ai une pression si dingue que le moindre mot collé à un autre me semble minable ? Depuis quand, je vous le demande ?!

J’ai bu un verre. J’ai été sur le blog de La duchesse d’Erat lire son histoire du jour. Parce qu’elle c’était ça, son nano. Ecrire chaque jour une histoire de 100 mots, ni plus, ni moins. 100 mots, tout l’été, 0 excuses, ( et en anglais s’il vous plaît! ). Je ne faisais qu’y penser au début bien sur … Et puis … et puis les fils de mon cerveau ont fait des nœuds, mes tripes ont joué aux quilles et … EURÊKA !! Lire la suite de « 100 mots par jour, mais quelle idée ! »