À la vie, à l’amour

Puisque j’ai reformé un peu le blog pour qu’on s’y retrouve de manière plus simple j’ai décidé d’installer une nouvelle catégorie où je publierais mes bêtises. Pour inaugurer cette nouvelle étiquette je vous propose donc de lire ma nouvelle écrite et publiée sur le site des 24 heures de la nouvelle avec la contrainte imposée dont je parlais hier. J’ai eu de nombreux soucis de mise en page, j’essaierais de les corriger au fur et à mesure quand j’aurais du temps à consacrer à la correction 🙂 Bonne lecture et n’hésitez pas sur les commentaires, j’ai besoin de tout avis, merci d’avance 😀

À la vie, à l’amour

[24 h de la nouvelle 2016 : L’histoire doit se passer à au moins deux époques différentes (pas forcément très distantes), qui ne peuvent pas communiquer directement entre elles (pas de portails temporels, de machines à remonter le temps, de télépathie…), mais se répondent et se complètent.]

Juliette se lève relativement tard depuis plusieurs semaines ; la société ne peut pas lui en vouloir, la démotivation, le désespoir c’est humain. Cela fait des mois qu’elle tente vainement de retrouver un poste dans son bras de métier. Impossible. Peu importe le poste pour lequel elle se présente, il y a toujours un hic. Bien souvent surqualifiée, elle espère tout de même pouvoir décrocher le job, mais ça ne fonctionne jamais. Elle envoie ses cvs, elle les dépose en main propre au siège des sociétés, elle postule aux offres sur internet, mais toutes ses matinées se ressemblent : peu d’accusés de réception, quelques refus par mail… De temps en temps un entretien s’offre à elle, mais elle se retrouve en concurrence avec une quarantaine de femmes. Beaucoup d’entre elles ont plus d’assurance, demandent un salaire moins élevé, habitent moins loin du lieu de travail, en bref, il y à toujours un hic, alors la société ne peut pas lui en vouloir, depuis quelques semaines, elle n’essaye plus. À trente ans à peine, tout cela ne devrait pas être si dur.

En émergeant tranquillement, elle remue ses orteils dans ses chaussons molletonnés. Sa bouilloire est en train de monter l’eau à ébullition. Elle regarde à travers l’indicateur de volume, les premières bulles commencent à sauter, elle prépare sa boule à thé et le pot de miel et ajoute l’eau bouillante au fond de sa tasse. En guise de petit déjeuner, quelques cuillères de pâte à tartiner au chocolat feront l’affaire. Elle s’affale sur son canapé avec sa tasse qui réchauffe la paume de ses mains. Ses yeux verts se posent sur l’écran de télévision resté éteint en se demandant ce que lui réserve cette journée. Rien de bien fou certainement, il faudrait encore lutter contre l’ennui, d’un autre côté elle y réfléchissait depuis quelques jours, c’était l’occasion ou jamais de prendre du temps pour elle et de s’investir dans des projets qu’elle avait toujours repoussés. Elle rêvait de fabriquer des meubles, de voyager, de se former à la cartomancie… Elle prit l’ordinateur portable qui dormait sur la table basse et décida de vérifier sa boîte mail comme tous les jours, car « on ne sait jamais » lui répétait sa mère chaque fois qu’elle avait sa fille au téléphone et que la conversation versait sur la recherche d’emploi.

« Pôle emploi (servicecandidats@pole-emploi.fr), 14 avril 2016

à Moi (juliette.rina@gmail.com)

Objet : Recrutement exceptionnel

Bonjour, Juliette, vous êtes inscrite sur notre site de Pole-emploi.fr depuis le mois de septembre 2015. Si vous n’avez toujours pas retrouvez d’emploi nous vous conseillons de poster votre Cv en ligne dans la rubrique indiquée. Des documents sont à votre disposition dans votre espace candidat, veuillez les consulter au plus vite.

Dans le cadre d’une sélection particulière, nous vous informons de la possibilité d’obtenir un entretien pour un poste correspondant à vos critères de recherche. Si vous décidez de répondre à cet émail nous ajouterons votre identité à la liste du Recruteur et vous obtiendrez automatiquement un rendez-vous avec Madame Remy, ce jeudi à 13 h, pour une place importante un sein du foyer d’un homme d’affaires. Il ne s’agit pas d’un entretien individuel, mais d’un casting qui durera, exceptionnellement, 24 heures. Le lieu vous sera communiqué par mail à la réception de votre réponse. Préparez-vous en conséquence et faites bonne impression.

Cordialement, Adeline Ronass, votre conseillère pole-emploi. »

Juliette se brûle la langue en prenant une gorgée de thé et repose sa tasse avec soin sur le sous-verre à l’effigie de Batman avant de relire le mail quatre fois d’affilée. Elle n’est pas bien sûre d’avoir compris. Un poste au sein du foyer d’un homme d’affaires ? Est-ce que c’est sérieux ? En quoi ça correspond à ses critères de recherche ? La jeune femme referme l’ordinateur d’un geste brusque et va déposer un vinyle sur la platine héritée de son père. La musique parvenait toujours à adoucir ses humeurs et cette fois n’y fit pas exception. Tracy Chapman diffusait sa voix grave et profonde dans le salon et Juliette dodelinait de la tête en chantonnant aussi juste qu’elle le pouvait, terminant son petit déjeuner.

# Lire la suite de « À la vie, à l’amour »

24h de la nouvelle

Hello people ! Le train de la procrastination vous annonce un arrêt en gare, profitez de ce laps de temps pour dire ce que vous avez à dire et remonter dans le wagon, viiiiite. Ok, Ok, je me dépêche, je voudrais pas être en retard, ce soir y’a France-Cameroun à la télé, et puis j’ai des dizaines de séries à rattraper ! Bon je voulais seulement vous parlez de ce que j’ai fait le weekend du 15 mai. C’était cool, ça faisait longtemps que j’avais pas réussi un challenge du coup boum satisfaction personnelle intense.

Il s’agit donc des 24 heures de la nouvelles dont le site se trouve ICI. Et ça consiste, vous l’aurez compris, à produire une nouvelle dans un temps donné de 24 heures. Chaque participant devait préparer une contrainte à envoyer aux organisateurs et 5 minutes avant le top départ l’un deux tire une contrainte au hasard qui devra s’appliquer à tous les participants. On démarrait le samedi à 14h pour finir le dimanche à 14h. On avait tous la possibilité de se préparer comme on voulait, d’avoir déjà en tête l’histoire, oui mais voilà, comme on ne sait absolument pas sur quoi la contrainte va porter c’est un peu compliqué. Je vous donne un exemple : admettons que je sois là pendant une semaine a ploter comme une folle, avec mes fiches, mes post-its colorés, tout un programme magnifique, admettons que mon histoire porte sur une équipe de gaillards maladroits qui découvrent des portails temporels et les utilisent afin de conquérir le monde. Bon, bah j’aurais été vraiment concon, vu la contrainte qui a été tirée au sort.

L’histoire doit se passer à au moins deux époques différentes (pas forcément très distantes), qui ne peuvent pas communiquer directement entre elles (pas de portails temporels, de machines à remonter le temps, de télépathie…), mais se répondent et se complètent.]

Voyez ? Boum, tout mon plan serait tombé à l’eau. J’ai donc plus ou moins bien fait de ne rien préparer.Parce que quand a 13h55 on te lâche ça… Tu restes québlo, genre :

148465_640_407 Lire la suite de « 24h de la nouvelle »